l’agrobusiness et les BTP Bamako

Le Parc des expositions de Bamako abritera du 19 au 21 avril prochain, le Salon International de l’Industrie du Mali (SIM 2018). Le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, initiateur du salon, a fait le point des préparatifs à la presse. C’était ce jeudi soir, à la Maison de la presse.
Pour le ministre du Développement industriel, ce salon est l’occasion d’étaler les atouts industriels de notre pays. Et les atouts, à en croire le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, le Mali n’en manque pas. Le reste, assure-t-il, est une question de méthode. Avec la Turquie comme invitée d’honneur, le département veut vendre le potentiel du Mali dans deux secteurs: l’agrobusiness et les BTP.
Avec seulement 600 unités industrielles contre respectivement3000 et 6000 unités industrielles au Sénégal et en Côte d’Ivoire, le Mali, troisième économie de l’UEMOA, a beaucoup à faire pour rendre son secteur industriel plus attractif.
Peut-on réussir l’industrialisation du Mali sans relever le défi énergétique? Pour le ministre du Développement industriel, c’est «non ». Cependant, a expliqué Mohamed Aly Ag Ibrahim, des efforts sont en train d’être faits dans ce sens et les solutions sont en train d’être trouvées.
La participation du Chef de l’Etat au sommet de l’Alliance Solaire internationale (ASI) qui s’est tenu à New Delhi du 9 au 12 mars dernier s’inscrit dans ce cadre. Autre exemple d’industrialisation verte en cours au Mali, c’est, selon le ministre, la fourniture à EDM SA, par N-Sukala, de l’énergie propre produite à partir des détritus de canne à sucre. Cette énergie sera vendue, a conclu le ministre, aux industries installées dans la zone industrielle de Ségou.